• Je me rappelle l'époque où, avant d'être une tasse, je n'étais qu'une boule d'argile.
     

    Un jour, mon maître s'empara de moi
    puis se mit à me frapper de ses mains, à me modeler. 
    Cela me faisait mal et je le suppliai d'arrêter mais i l se contenta de me sourire en disant :

    " PAS ENCORE ! "


    J'avais si mal au coeur que je croyais que ma fin était venue.
    Heureusement, il finit par me sortir de là !
    Puis il me plaça sur un tour de potier et me fit tourner, tourner...

    Je ne comprenais pas pourquoi il voulait me faire passer par le feu.
    Alors, je hurlai, je le suppliai d'arrêter, de me faire sortir.
    À travers la porte vitrée, je distinguais encore son visage,
    et je le vis me sourire et hocher la tête, en disant :

    " PAS ENCORE ! "

    Puis soudain, me saisissant, le maître se mit à
    me poncer et à me brosser.  Il prit un pinceau et me
    badigeonna de toutes sortes de couleurs.  Les vapeurs étaient
    si fortes que je cru m'évanouir.
    Je l'implorais d'arrêter, mais avec le même sourire, i l me dit à nouveau :

    " PAS ENCORE ! "

    C'est alors qu'il me plaça dans un autre four,
    deux fois plus chaud que le premier.

    Cette fois, j'allais suffoquer, j'en était sure.
    En larmes, je le suppliai, mais, une fois de plus,
    i l se contenta de me sourire en disant :

    " PAS ENCORE ! "

    À ce moment-là, la porte s'ouvrit toute grande
    et le maître annonça :

    " MAINTENANT ! "

    Il me prit sans ses mains et me déposa sur une étagère.
    Ensuite, il me tendit un miroir en me disant de me regarder.
    Je n'en croyais pas mes yeux.

    Je m'écriai :  " Oh, quelle magnifique tasse ! "


    Alors le maître expliqua :

    " Je voudrais que tu comprennes.
    Quand je te frappais et que je te modelais,
    je savais que cela te faisait mal.
    Je savais que le tour te donnait des vertiges.

    Mais si je ne m'étais pas occupé de toi, tu te serais desséchée,
    et tu serais restée à tout jamais une simple boule d'argile.
    Ta personnalité n'aurait pas pu s'épanouir. "

    " Je savais que le premier four était brûlant, mais si je ne t'y avais
    pas mise, tu te serais effritée. "

    " Je savais que tu étais incommodée par le ponçage et la peinture,
    mais si je t'avais épargnée, ta vie serait restée sans couleurs. "

     

    t le second four, oh ! Je savais bien qu'il te serait presque
    insupportable !  Mais vois-tu, si je ne t'y avais pas placée,
    tu n'aurais pas été capable de résister aux pressions de la vie. "

    " Ta force n'aurait pas suffi, et tu n'aurais pas survécu longtemps. "

    " Tu vois, alors même que tout te semblait si difficile,
    j e prenais soin de toi.  Je savais ce que tu allais devenir.
    Dès le premier instant, j'entrevoyais déjà le produit fini ! 


    25 commentaires
  • Faire ce que tu aimes;c;est la liberté

    Aimer ce que tu fais;c;est le bonheur

    De temps en temps;il est bon d;arrêter note quête du bonheur

    et d;être tout simplement heureux

    Le bonheur.c;est lorsque nos pensées;nos paroles

    et nos actes sont en harmonie

    Être négatif.c;est s;éloigner de son bonheur;être positif

    C;est faire grandir son bonheur

    Le vrai bonheur est dan sle calme de l;esprit et du coeur

    Quand ton travail et tes paroles font du bien à toi-même

    et à autrui; là est le bonheur

    L;action n;apporte pas toujours le bonheur

    mais il n;y a pas de bonheur sans action

    Le vrai bonheur ne dépend d;aucun être; d;aucun objet

    exterieur il ne dépend que de nous

    Le bonheur ne se trouve pa au sommet de la montagne

    mais de la façon de la gravir

    bonne semaine


    13 commentaires
  • Marcelle a un probleme de connection et elle ne peu plus aller sur son blog.

    Quelqu'un pourrait peut être l'aider?


    4 commentaires
  • Un roi vieillissant s'est réveillé un jour et s'est rendu compte qu'en mourant il n'aura pas de mâle (garçon) dans la famille royale pour le remplacer.
    Il était le dernier garçon (mâle) dans la famille royale dans une culture où seulement un mâle pourrait succéder au trône , et il vieillissait.

    Il a décidé que s'il ne peut pas donner naissance à un mâle il adopterait un fils qui alors pourrait prendre sa place, mais il a insisté qu'un tel fils adopté soit extraordinaire au sens réel du mot.
    Il a donc lancé une compétition ouverte à tous les garçons de son royaume peu importe leur origine.
    Dix garçons ont réussi à cette compétition jusqu'au sommet.
    Il y avait peu pour séparer ces garçons quant à l'intelligence, les attributs physiques etc.
    Le roi leur dit, ' j'ai une dernière épreuve et quiconque arrive à bout de cette dernière deviendra mon fils adoptif et héritier à mon trône .

    Alors il dit : Ce royaume dépend uniquement de l'agriculture.
    Donc le roi doit savoir comment cultiver des plantes.
    Voici une graine de maïs pour chacun de vous.
    Emportez-la à la maison, plantez-la et élevez-la pour trois semaines.
    À la fin de trois semaines, nous verrons qui a fait le meilleur travail en cultivant la graine.
    Cette personne sera mon héritier.

    Les garçons ont pris leurs graines et sont rentrés pressés à la maison.
    Ils ont eu chacun un pot à fleur et ont planté la graine dès leur rentrée à la maison..
    Il y avait une énorme excitation dans le royaume puisque les gens attendaient avec souffle
    de savoir qui sera destiné pour être leur prochain roi.

    Dans une maison, le garçon et ses parents étaient presque navrés quand, après quelques jours de soin intense,la graine n'a pas poussé.
    Il ne savait pas ce qui n'allait pas avec la sienne.
    Il avait sélectionné le sol avec soin, il avait appliqué la bonne quantité et type d'engrais,
    il avait été très obéissant dans l'arrosage avec les bons intervalles, il avait prié sur elle jour et nuit mais toujours sa graine s'était avérée improductive.

    Quelques-uns de ses amis l'ont recommandé d'aller acheter une graine au marché et la planter.
    Après tout, ' ils ont dit, ' comment est-ce que quelqu'un peut différencier une graine de maïs d'un autre ' ?
    Mais ses parents qui lui avaient toujours appris la valeur de l'intégrité lui ont rappelé que si le roi voulait qu'ils plantent juste du maïs, il aurait demandé qu'ils aillent chercher leur propre graine. '
    Si tu prends n'importe quelle autre graine différente de celle que le roi t'a donné cela serait malhonnête.
    Peut-être nous ne sommes pas destinés pour le trône.
    S'il en est ainsi, donc laisse, ne sois pas celui qui va tromper le roi ; lui disent-ils !

    Le jour J arrive et les garçons reviennent au palais chacun d'eux fièrement exhibant un plant du maïs très fin.
    C'était évident que les autres neuf garçons avaient eu grand succès avec leurs graines.

    Le roi descend le long du rang où sont alignés les garçons passionnés et demande à chacun d'eux, c' est ce qui est sorti de la graine que vous ai donnée ' ?

    Et chaque garçon répondit, ' Oui, votre majesté '.

    Et le roi fait un signe de la tête et descend le long de la ligne.
    Le roi finalement arriva au dernier garçon au haut de la ligne.
    Le garçon était secoué par la peur, il savait que le roi allait le jeter en prison pour avoir gaspillé sa graine. 

    e roi demanda.: -Qu'est-ce que tu as fais avec la graine que je t'ai donnée ?

    Je l'ai plantée et me suis occupé d'elle diligemment votre majesté, mais hélas elle n'a pas poussé dit le garçon en larmes quand la foule l'a hué.

    Mais le roi a levé ses mains et signalé pour silence.
    Alors il a dit, ' Mon peuple, voici votre prochain roi '.

    Les gens ont été confus.
    Pourquoi celui-là ' ? Beaucoup se sont demandés.
    Comment est-ce qu'il peut être le bon choix ' ?
    Le roi a pris sa place sur son trône avec le garçon à son côté et dit, j'ai donné à ces garçons des graines bouillies.
    Cette épreuve n'était pas pour cultiver le maïs.
    C'était l'épreuve de caractère ; une épreuve d'intégrité.
    C'était l'épreuve ultime.
    Si un roi doit avoir une qualité, ce serait celle d'être au-dessus de la malhonnêteté.
    Seule ce garçon a réussi l'épreuve.
    Une graine bouillie ne peut pas pousser!

    Morale: La véritée finit toujours par éclater!

     


    25 commentaires
  • Beaux textes pour souhaiter Noël

    C’est le coeur rempli de lumière et de chaleur que je vous souhaite le plus merveilleux des Noëls. Que cette journée soit riche en douceur et qu’elle vous apporte l’amour et la paix. Joyeux Noël !

    Noël, c’est le bonheur, les surprises, la douceur, les gourmandises…
    Mais c’est surtout le moment de penser aux personnes qui nous sont chères.
    Sache qu’en cette période de fêtes, je t’envoie tous mes meilleurs sentiments.
    Joyeux Noël !

    Joyeux Noël à vous et à votre famille, que la poésie de cette douce nuit de Noël vous offre le plus beau des cadeaux : le bonheur partagé en famille, et la tendresse de vos amis.

     

    Tu es aussi pur(e) que la neige, aussi chaleureux(se) que le feu d’hiver, aussi savoureux(se) qu’un bon vin, aussi doux qu’un sourire d’enfant, aussi lumineux(se) que les guirlandes, aussi rusé que le Père Noël… Bref, les fêtes de fin d’année te vont à merveille ! Je te souhaite un joyeux Noël !!!

     

    Que votre Noël soit illuminé par les sourires de ceux que vous aimez et que leurs rires résonnent avec gaieté au coeur des festivités.

    A l’occasion de la fête de Noël, le temps est venu de chasser les chagrins, les soucis et les douleurs et pour laisser place à l’amour, la joie et la bienveillance ! Je vous souhaite de merveilleuses fêtes de fin d’année, en espérant que tous vos voeux soient exaucés. Joyeux Noël !

     

     

    Pour ce Noël, je te souhaite autant de bonheur qu’il y a de flocons dans le ciel, autant d’amour qu’il y a d’étincelles dans le feu d’une cheminée, autant de bonnes nouvelles qu’il y a d’aiguilles sur le sapin, et autant de chance qu’il y a de cadeaux dans la hotte du Père Noël !!! Joyeuses fêtes de fin d’année 

     

    marcelle


    27 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique